L’émotion à travers des œuvres de peintres est le sujet phare du Musée Marmottant Monet. Je vous présente les nombreuses facettes de cet évènement original.

La diversité des représentations

Du 13 avril au 21 août 2022, l’exposition le « Théâtre des Emotions » prend ses quartiers dans le musée du 16ème arrondissement. Les  représentations en peinture rassemblent plus de 80 chefs d’œuvres du Moyen Age à notre époque.

La provenance est essentiellement composée de collections particulières, de musées français et internationaux. Le thème porte sur l’histoire des émotions à travers des traductions picturales du 14ème au 21ème siècle.

L’initiative revient à Georges Vigarello et Dominique Lobstein. Georges est un historien agrégé de philosophie.

Quant à Dominique, il exerce en tant qu’historien de l’art. L’objectif de l’évènement est de proposer un regard différent sur des œuvres majeures tout en mettant en contexte la création.

Le choix de l’émotion

Dotée de réactions plutôt intenses, l’émotion est majoritairement exposée dans les arts visuels. Elle est à la fois travaillée, recherchée et déclinée sous plusieurs angles.

L’essentiel des sens est présente via la chair suggérée, la curiosité stimulée. Les expressions sont passées en revue en impliquant tantôt la joie, la souffrance, la terreur, l’enthousiasme, le plaisir voire la douleur.

Plusieurs artistes traduisent les émotions comme Albrecht Dürer, Jean-Baptiste Greuze, Salvador Dali, Pablo Picasso, Jean Fautrier. Les musées qui ont contribué intègrent le musée du Louvre, le musée d’Orsay, le Centre Pompidou.

Il faut ajouter le National Gallery de Londres, la Galerie des Offices, le Brooklyn Museum, entre autres.

Une réponse aux besoins actuels

De nos jours, les émotions sont beaucoup plus exacerbées avec la psychologie, les traumas et autres affects. Cette exposition valorise les arts visuels à travers les formes et les degrés.

Les nuances révèlent la variation des émotions avec le temps et l’histoire. Le parcours est composé de huit sections principales.

Il faut apprécier la transcription évolutive des émotions avec des ivoires médiévaux où ne transparait aucune émotion. L’inverse est atteint avec le hurlement sans équivoque de Jean Fautrier et les Têtes d’Otages datant de 1945.

Les émotions prennent leurs inspirations en prenant appui sur des réflexions esthétiques, des recherches scientifiques, des évènements marquants. Les sentiments sont saisis, décryptés avec forces transfigurations, émois, regards affolés ou mélancoliques.

Les collections multiples permettent d’en apprendre plus sur les nombreuses interprétations des sentiments traduits par des artistes symboliques de leur époque, de leur environnement.

Découvrez plus d’attraits ici.  

Crédit Photo : sortiraparis.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.