Les Hauts-de-Seine accueillent une véritable institution en abritant Sèvres Manufacture et Musée Nationaux. Je vous propose de découvrir cette activité qui remonte respectivement au 18ème et au 19ème  siècle.

Plus de détails sur les deux infrastructures

L’ensemble figure parmi la Cité de la Céramique-Sèvres et Limoges. Il s’agit d’un établissement public administratif sous la tutelle du Ministère de la Culture.

Pour sa part, la manufacture est un lieu de création des formes et des couleurs. Les artistes invités s’attellent à la génération d’œuvres et d’objets d’art en porcelaine.

Quant au Musée, il permet d’inspirer à la fois les artisans, les créateurs ainsi que les collectionneurs. Par ailleurs, le Musée est un haut lieu de conservation des céramiques de différentes provenances.

Cela implique de la poterie, de la faïence, du grès, de la porcelaine de Sèvres et d’autres contrées.

Les composantes de la manufacture

Pour concurrencer les fabriques de Chantilly et de Meissen, la Manufacture est créée en 1740 sous la bienveillance de Louis XV et de Madame de Pompadour. Le transfert est effectué à Sèvres en 1756 pour être plus proche de la propriété de Madame de Pompadour à travers le château de Bellevue.

Le bâtiment d’une longueur de 130 mètres comprend quatre étages. Le pavillon central comprend deux ailes avec des pavillons d’angle aux extrémités.

Le mode de fabrication de la porcelaine

A l’origine, le Kaolin est issu de Saint-Yrieix à proximité de Limoges. De nos jours, plusieurs sources procurent cette matière blanche propre à la porcelaine.

L’émaillage de la pâte de Kaolin est appelé la couverte après la cuisson. La couverte inclut de la pegmatite de Marcognac, un mélange obtenu avec du quartz et du feldspath.

La manufacture est réputée pour le fameux bleu de Sèvres. C’est un oxyde de cobalt incorporé au niveau de la couverte.

La cuisson de la porcelaine de Sèvres

Le four dispose de quatre foyers pour une meilleure répartition calorifique. Il faut utiliser uniquement du bois de bouleau car il possède une flamme longue et des cendres rares.

Le four cuit le vernis ou la glaçure entre 11 et 12 heures, et entre 15 et 16 heures pour le biscuit. La cuisson au bois est devenue exceptionnelle.

Elle nécessite 25 stères de bois qui sont consumées en 48 heures. Le refroidissement dure entre 15 à 20 jours.

Une centaine de pièces peuvent être cuites en une seule journée. La dernière cuisson au bois date d’octobre 2016.

Actuellement, la manufacture fait appel à des fours à gaz. Retrouvez d’autres sujets ici.  

Crédit Photo : comitecolbert.com & sevresciteceramique.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.