Le train à hydrogène a démarré en Europe par l’Allemagne en 2019 et la France, il y a quelques jours. En Afrique, ce type d’engin n’a pas encore sifflé dans les villes et contrées. Mais cela ne tardera peut-être plus avec la mise en circulation prochaine d’un train à hydrogène au Mali. C’est en tout cas ce que promet Aliou Diallo, l’ambitieux PDG de la compagnie Hydroma.

La France accélère sur le train à hydrogène 

Fantasme industriel depuis quelques années, le train à hydrogène se met lentement sur les rails en Europe. L’Allemagne a donné le ton en 2019 en testant deux trains à hydrogène conçus par Alstom. Dès 2022, au moins 41 de ces engins vont rouler sur des lignes régionales autour de Hambourg et de Francfort. En retard sur son voisin, la France accélère sur ce projet en 2021.

Début mars, la Région Bourgogne-Franche-Comté a signé un bon de commande pour l’achat auprès d’Alstom de trois TER à hydrogène. Ces machines doivent circuler sur les lignes Avallon-Auxerre, Corbigny-Clamecy-Auxerre et entre Auxerre et Dijon. D’ici à la fin de l’année, les Régions Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie et Grand Est vont également commander au fabricant français onze trains. Les rames TER à hydrogène s’inscrivent dans les objectifs du plan présenté par le gouvernement en septembre 2020 pour la transition énergétique. 

Aliou Diallo pionnier de l’hydrogène naturel

Ailleurs dans le monde, le verdissement du ferroviaire est à l’ordre du jour. C’est le cas en Afrique, continent qui semble en retrait de la transition énergétique. Mais la réalité est toute autre. En effet, l’Afrique est pionnière dans l’exploitation de l’hydrogène naturel, une ressource bien plus vertueuse que l’hydrogène vert. Car elle est abondante, renouvelable, propre, sans émission de CO2 (il n’en sort que de l’eau) et de surcroît moins chère. 

Aliou Diallo, un entrepreneurmalien a misé sur l’hydrogène naturel depuis 2010. Sa compagnie Hydroma transforme cette ressource en électricité verte grâce à une unité pilote installée près du village de Bourakébougou, au Mali.

« Les trains à Hydrogène pourraient révolutionner le secteur du transport au Mali »

En plus de vouloir fournir de l’énergie propre à son pays, à l’Afrique et plus tard à l’Europe (via un pipeline), Aliou Diallo rêve de faire circuler le premier train à hydrogène du Mali. Il a réaffirmé cette ambition en début de ce mois, à l’occasion du lancement de plusieurs projets gouvernementaux à Kayes (ouest du Mali), dont la relance de l’activité ferroviaire dans la Cité des Rails.

« J’ai réitéré ma disponibilité à contribuer à la mise en route de trains à Hydrogène qui pourraient révolutionner le secteur du transport et permettre au Mali d’être le premier pays africain à avoir des trains à Hydrogène. Cela ouvrirait une ère futuriste qui ferait du Mali la locomotive de la transition énergétique en Afrique », a déclaré le PDG d’Hydroma.

Au-delà du train, c’est tout le transport africain qu’Aliou Diallo veut verdir. Dans une nouvelle interview sur Africable Télévision, il suggère l’utilisation de l’hydrogène dans la mobilité légère et dans la mobilité lourde pour réduire la pollution dans nos villes.

« On peut être la première économie décarbonée du continent africain, le premier pays à faire rouler les trains à hydrogène, le premier pays avec des voitures à hydrogène et le premier à produire de l’électricité avec de l’hydrogène », s’est enthousiasmé le milliardaire malien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.