La présentation tire son inspiration d’un groupe de rock US des époques 70 – 80. Je vous dévoile quelques infos sur cette exposition.

La démarche des initiateurs

En collaboration ou en solo, Karina Bisch et Nicolas Chardon, ont exécuté plusieurs œuvres picturales. L’exploration porte sur les beaux-arts, les arts déco, l’architecture, le design et le graphisme.

La déconstruction du monde moderne porte sur le collage, la citation, la disjonction, la combinaison. Les formes modernes du Bauhaus, du futurisme, du construtivisme, du suprématisme, du dadaïsme et De Stilj sont  revisitées par les deux artistes.

Il faut ajouter la pop culture plus jeune. Il s’agit d’une « peinture à vivre » qui concilie le savant et le populaire.

Une déconstruction de l’art moderne

Si Piet Mondrian cible la disparition du monde visible, Karina Bisch s’attelle à dévoiler la peinture à un large public. L’artiste prend aussi appui sur les robes d’Yves Saint-Laurent, l’acrylique sur toile La Grande Diagonale.

Karina Bisch et Nicolas Chardon veulent inclure la peinture au quotidien.

Le choix du pavillon

La scénographie de l’expo « Modern Lovers » est un pavillon. Concrètement, il combine les concepts de maison témoin, de décor théâtral et cinématographique.

Il faut ajouter une maquette d’architectures éphémères, des expos universelles, une demeure domestique et une salle de musée de civilisation. Le titre de l’exposition chavire entre amours, modernité et rock’n roll.

Les œuvres communes des deux artistes et les œuvres solos ciblent  la mise en œuvre d’un écrin inédit qui s’affranchit de la frontière entre l’art et la vie.

La définition préférée des deux créateurs

Karina Bisch et Nicolas Chardon ont initié ce pavillon car il reflète leur leitmotiv fascinant. Ils se disent « habités par la peinture ».

Cette exposition est une sorte de « machine à habiter ». Les commissaires de l’exposition Modern Lovers au Mac Val sont Frank Lamy et Julien Blanpied.

Les autres particularités de l’expo

Le Mac Val de Vitry-sur-Seine prend une dimension différente avec les folies architecturales programmatiques. Cela porte également sur des propositions telles que des biennales, un étendard.

Quant à l’audio-guide, il est devenu un réel personnage intégré au pavillon. Pour prolonger l’expo, une publication en édition partenaire avec CONNOISSEURS est disponible.

Il s’agit d’une maison d’édition qui se définit comme une structure de production et une diffusion de multiples unités. Ne manquez pas le visage de Pierrot, à la fois lunaire et mélancolique transformé en logo de marque de confiserie.

La grille du modernisme devient un point de croix. Le carré est modifié en pixel. Découvrez d’autres évènements ici.  

Crédit Photo : valdemarne.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.