Je vous propose un lieu propice à une méditation inédite. Il s’agit du jardin consacré à la sculpture initiée par Jacques Servières.

La situation du jardin de sculptures

En fait, le jardin de sculptures de la Dhuys est établi au nord de la commune de Chessy, dans la Seine-et-Marne. Etabli sur la rive sud de la Marne, le jardin de sculptures est basé au débouché de la rue de la Marne, à l’intersection de l’ancien chemin de Meaux.

La petite histoire du jardin de sculptures

Le site originel héberge à partir de 1 850 l’aqueduc de la Dhuis. Cette édification permet l’acheminement des eaux de la Dhuys vers le réservoir de Ménilmontant au cœur de Paris.

Au niveau de Chessy et de Dampmart, un pont-aqueduc permet le franchissement de l’aqueduc. Un bombardement durant la Seconde Guerre Mondiale en 1939 anéantit le pont.

En 1987, le sculpteur Jacques Servières souhaite réutiliser les pierres de l’ouvrage. Il veut en faire des statues avec la participation gracieuse de la municipalité de Chessy.

En fait, il veut s’inspirer du site d’Angkor au Cambodge.

Les réalisations du sculpteur

Après les premières œuvres inspirées d’AngKor, le sculpteur effectue d’autres statues avec un style différent. Ses réalisations sont de deux pièces annuelles.

L’année 2016, l’artiste articule une entrevue audiovisuelle autour de deux parties. Il participe à une série thématique sur les représentations autour de l’art.

C’est un sujet effectué en collaboration avec le collectif « l’Humain visible ».

Quelques infos sur les sculptures

Les pierres de l’ancien pont ont permis d’ériger environ quarante statues. Elles sont établies entre une clairière et un chemin.

Il s’agit de statues immenses. Une grande partie fait presque 4 mètres de haut.

Les représentations traitent de personnes humaines. La plupart sont des femmes.

Néanmoins, les animaux peuvent être mythiques ou réalistes. Chaque œuvre comprend l’initiale du sculpteur.

De plus, une date de réalisation est apposée sur chaque sculpture. Les œuvres sont sculptées dans des blocs de pierre calcaire blanche.

L’assemblage est effectué à l’aide de mortier.

La répartition des groupes de statues

Le premier groupe implique des statues reposant sur une pelouse de 80 m sur 50 m. Le second groupe est composé par des statues reparties sur un chemin long de 200 mètres.

Ce chemin est disponible entre un champ et la Marne. Il est possible d’admirer les œuvres en famille ou entre amis.

Le public est invité à découvrir ces réalisations. Ainsi, la triste fin du pont a servi à l’émergence d’œuvres nouvelles avec un style totalement différent.

Retrouvez d’autres sites ici

Crédit Photo : randidf2.canalblog.com & tripadvisor.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.