Souvent copié jamais égalé, le fabuleux pain Poilâne est un incontournable du savoir faire artisanal. Je vous emmène dans cet univers fascinant.

La petite histoire du pain Poilâne

Le fondateur Lionel Poilâne a vu le jour le 10 juin 1945 dans le 14ème arrondissement parisien. Ce boulanger français a connu un succès mondial.

Vers les années 1930, son père Pierre-Léon Poilâne possède une boulangerie au 8, rue du cherche-Midi dans Paris 6ème. A l’époque, la miche Poilâne intègre une boule de mie grise de 1,9 kg et date de 1932.

Malgré l’avènement de la mie blanche, Pierre-Léon Poilâne veut continuer avec l’artisanat  de tradition. Les étapes font appel à de la farine provenant de blé moulu via de la pierre sans cylindre.

Le but est de parvenir à un pain au levain. Ce pain est enrichi en nutriments pour une meilleure préservation du germe de la céréale.

Les efforts payants de Lionel Poilâne

Malgré ses rêves de devenir aviateur, Lionel Poilâne a suivi les traces paternelles en appliquant « le goût du vrai pain ». La boulangerie Poilâne a ouvert une seconde boutique rue de Grenelle.

Lionel développe l’entreprise familiale et réussit à faire connaître le pain Poilâne dans l’univers anglo-saxon et en Asie. Un formidable réseau de distribution est mis en place.

Après la manufacture de Bièvres en région Ile-de-France en 1980, l’implantation se poursuit à Londres. En 1993, Lionel Poilâne reçoit l’ordre national du Mérite avec le titre de Chevalier.

Sa triste fin a pour scène l’épais brouillard de Cancale en Bretagne. L’avion qu’il pilote s’abîme en mer à quelques cent mètres de sa propriété dans l’île des Rimains.

Sa femme décède à ses côtés. Dès lors, la fille aînée du couple qui se nomme Appolonia prend à 18 ans la direction de la maison Poilâne.

Un aperçu du talent de Poilâne

Hormis la farine moulue sur pierre, le pain Poilâne dispose d’une technique ancienne de fermentation via du levain naturel tout en lenteur. La cuisson est impérativement au feu de bois.

La vocation du boulanger prend toute sa dimension. En effet, les céréales sont transformées via la fermentation afin de procurer du pain au goût spécifique et entièrement sain.

Les variétés de céréales bénéficient d’une culture entièrement bio et écolo. Le stockage ne contient aucun pesticide.

La mouture à la pierre préserve le germe de blé à l’aide de l’huile renforcée en nutriments. En outre, cette technique aide à l’élimination du gros son.

La farine de base est une farine bise avec une haute valeur nutritionnelle. Seul le pétrin constitue l’outil mécanique unique de la fabrication  du pain.

Les autres étapes sont effectuées à la main comme le passage en pâtière, le pesage, le façonnage, la mise au four et le défournement.

D’autres articles sont à découvrir ici.

Crédit Photo : twitter.com & frichti.co

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *